ANDRIEU Catherine

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu chez Rafael de Surtis ; sixième extrait.

📖 Poésie
📅 jeudi, 07 décembre 2023 18:07

Toi ma Lune qui fais la puissance des marées

Pourrais-tu par une vague échouée sur la grève

Me rendre mon Paname mon chat soleil

Je m’envelopperais de cailloux devenus des astres

Et comme Virginia Woolf j’entrerais dans l’eau

Et je le ramènerais avec moi au royaume d’Hadès

Stabat mater dolorosa.

 

 Catherine Andrieu "Autoportrait schizé" Dessin numérique sur photographie

Autoportrait Schizé

 

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu chez Rafael de Surtis ; cinquième extrait.

📖 Poésie
📅 jeudi, 07 décembre 2023 18:02

Toi ma douce maman qui m’a donné la vie

Je vois à travers toi l’enfant que tu étais

Ton enfance à Port aux Poules les vagues libres et le vent

Tu courais avec tes frères tes amis sur la plage

Le chat mangeait les poissons qu’il pêchait

Les quatre cents coups que tu faisais avec ton jumeau

Voler des parfums à des élégantes pour les offrir à votre mère

Qui bien peu était coquette et qui comptait tellement

C’était la guerre mais si peu la ressentir en Algérie

Paysage flamboyant

Et moi j’ai hérité de ça enfant de la Méditerranée

La vie libre et les embruns force et créativité

C’était la belle auberge quinze à table chaque jour

Ta mère affairée la cuisine la lessive

Et le père Chevalier qui de votre hospitalité abusait

Contre quelques cours

De piano sur l’eau.

 Catherine Andrieu "Apparition de la vierge" Dessin numérique sur photographie

Apparition de la Vierge

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu chez Rafael de Surtis ; quatrième extrait.

📖 Poésie
📅 jeudi, 07 décembre 2023 17:58

 Quelqu’un me dit que Hawking est un monstre

Mais Hawking est magnifique

Enfermé dans son corps l’Esprit veille

Pharaon pensif l’intelligence aux aguets

Tel le félin sauvage prêt à bondir

Sur les mystères du Cosmos des trous noirs

Et si la maladie de Charcot rend le visage inhumain

Inhumain aussi le Requiem de Fauré

Surhumain funambule sur la corde du génie

Par ma fenêtre je regarde l’infini des vagues et je pense à lui

Car comme lui je me sens prisonnière d’un corps

Abîmé par les antipsychotiques j’étais plutôt jolie

Puis l’angoisse et penser du fond d’un puits

N’être plus qu’un cerveau artiste

Une figure laide et pourtant l’esprit

Rapide, tellement, et souffrir de solitude profonde

Des années que je ne vois plus un être humain et préfère

La compagnie des chats sur mon piano je pleure

Etre douée pour tout mais n’avoir aucune ambition

Au-delà de mes délires mégalomaniaques.

 

Catherine Andrieu "Douleur" Dessin numérique sur photographie

Douleur

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu chez Rafael de Surtis ; troisième extrait.

📖 Poésie
📅 jeudi, 07 décembre 2023 17:52

Tu vois aujourd’hui je couche par terre

Je ne suis qu’un animal

Petite âme qui vagabonde et s’éteint

Ne me pleure pas

Je t’aime

 

Vois aujourd’hui c’est moi qui couche par terre

Peau contre peau tu es plus qu’un animal

Petite âme petit ange qui s’éteint

Je t’en supplie ne meurs pas

Je t’aime

 

Catherine Andrieu "Neige" Dessin numérique sur photographie

Neige

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu chez Rafael de Surtis ; second extrait.

📖 Poésie
📅 jeudi, 07 décembre 2023 17:43

A la mémoire d’Yves Stcherbatchenko

 

 O mon Yves, ma mémoire est labile

Mais mes doigts se rappellent avoir été sous les tiens

Les touches noires et les blanches qu’on effleurait ensemble

J’avais neuf ans et je m’asseyais sur mes cheveux

Toi le jazzman et ton verre de whisky-clopes, tu dérivais doucement

Du côté de Port-Vendres le piano est sous l’eau les alcools

Tu te noies soixante-deux ans c’est pas vieux pour mourir

Tu disais si on te demande ne dis pas que c’est moi

Toi qui fus mon maître durant sept années d’ivresse

Tu m’as appris beaucoup plus que le piano

Le rire, l’affection

Laisse-moi te bercer dans ton cercueil à queue.

 

Catherine Andrieu "Mémoire" Dessin numérique sur photographie

Mémoire

 

«Piano sur l'eau » de Catherine Andrieu ; premier extrait.

📖 Poésie
📅 dimanche, 03 décembre 2023 19:25

A Hadès

 

 Ouverte aux roses blanches

Canevas de la matière

Faux cils faux ciels

Peints pianos

J’avance

Je cherche un labyrinthe

Le moyen de te perdre

Parce que je m’ennuie tellement

Avec la queue du chat.

 

 Catherine Andrieu "Tzigane ou le feu des origines" Dessin numérique sur photographie

Tzigane ou le feu des origines

 

Extrait 5 du recueil "Le cliquetis des mâts" chez Rafael De Surtis

📖 Poésie
📅 dimanche, 29 octobre 2023 17:35

Janvier 2023 à coups de canif

Dans la lumière rouge que tu peignais

Sans relâche. Il reste à tout réinventer

Sur l’Océan que nous avions en partage

Tes marines mes photographies j’avais fini

Par te trouver médiocre c’était ma colère

Je ne ressentais plus les éclats du jour en paillettes

Qui venaient s’accrocher à nos cils

Pendant ces vacances-là où nous étions simplement

Heureux installés dans les heures lentes

A Talmont-Saint-Hilaire. L’eau était froide.

Je suis méditerranéenne, j’aime l’eau verte

Et j’avais un oiseau fragile, enfant.

Deux oiseaux fragiles étions-nous et nos ailes

Ne cessaient de battre tu n’as plus de pouls.

Les cachets que tu as absorbés ce soir-là

Etaient nos gardes fous. Moi je les avale lentement.

Toi tu n’auras jamais cinquante ans.

Janvier 2023, tu mis fin à tes jours à coups de canif 

Dans la toile de mon imaginaire et je n’ai rien pu faire

A part pleurer sur mon piano qui dérive sur l’Océan.

 

Catherine Andrieu "A mon frère mort ou l'inachevé" Huile sur toile

A mon frère

Extrait 4 du recueil "Le cliquetis des mâts" chez Rafael De Surtis

📖 Poésie
📅 dimanche, 29 octobre 2023 17:25

Je revisite en esprit ce cliché où tu apparais en Madone

Si brune et si jeune dans ta robe de dentelle blanche

Et ton porte-jarretelles sur le parvis de l’église de Port-Vendres,

Préfiguration du paysage qui enveloppe ma joie et mon désir

Avec ton blouson de cuir, Dieu que tu es jolie, Jacqueline !

J’ai dû grandir dans ton ombre, ma sœur, trouver ma propre

Voix, moi qui n’avais nulle grâce sauf celle d’écrire et toi

Qui les avais toutes, surtout celle de la mystification.

Aérienne et charnelle, voluptueuse et éthérée, toi le Feu

Les hommes se consumaient d’amour pour tes grands yeux noirs.

Toi la Parisienne aux vapeurs d’Opium, tu savais si bien

Onduler comme chatte séductrice, et je retrouve en Lune

Ton indécence de marbre qui ne donne prise au Vent ni au Temps,

Résistant même à l’assaut des vagues de l’Océan.

 

Catherine Andrieu "Solitude" Huile sur toile 

Solitude

Extraits 3 du recueil "Le cliquetis des mâts" chez Rafael De Surtis

📖 Poésie
📅 samedi, 28 octobre 2023 14:22

Tu es l’horizon et moi je suis la mer

Qui vient mourir sur le sable

Tu es le souffle léger et moi je suis la Terre

Tu es les étoiles et moi l’Univers

Tu es libre comme l’astre dont tu portes le nom

Nos libertés précèdent la possibilité de tout Amour

Lune, tu es la petite âme filante que j’ai prise sous mon aile

Comme la mouette portée par le vent que tu regardes

Depuis la terrasse où s’échoue l’Océan.

 

Catherine Andrieu "Autoportrait au chat" Technique mixte 2012

Lune

 

 vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

 

La mer ardoise sous un ciel de plomb

Au large, une tempête dont le port

Ne fait pas écho. On dirait les toits

De Paris la vénéneuse, dont la Seine

Coule dans nos veines, artistes, fous.

La Seine je l’ai rêvée dans les coulisses

De mes dix-sept ans, mon théâtre de rue.

Le vent qui gifle mes rêves de petite Diva.

Avoir été repérée par ce grand metteur en scène,

Mais comédienne ça n’est pas un métier, alors...

Un jour je serai poète au bord de l’Océan.

 

Catherine Andrieu "Lever de soleil sur le port de Royan" Photographie 

Lever de soleil sur port

Extrait 2 du recueil "Le cliquetis des mâts" chez Rafael De Surtis

📖 Poésie
📅 samedi, 28 octobre 2023 14:06

Paname, ton masque mortuaire grimace encore

Dans la forêt de mes pensées, ô ma panthère libre

Le shaman avait dit buvez le breuvage qui brûle

Dans la poitrine et te voilà nos fièvres sur le piano

Devant l’Océan tes doigts brûlants qui effleurent les miens

C’est tellement onirique et érotique je te veux

Tu viens me chercher mais il est trop tôt ô grand fauve

J’ai charge d’âme de nouveau ma Lune qui rayonne

Je suis bouleversée mais vois comme elle est petite

Et comme elle m’est nécessaire elle m’a permis de t’oublier toi

Mon Ange aux grands crocs tu étais redoutable

Vois comme elle est douce et illumine mes nuits mes jours.

Je n’ai pas peur tu m’as donné la révélation

Tu es là dans la nature et mes cendres se mélangeront

Aux tiennes sous le saule pleureur dans le clair-obscur.

Car tu es solaire et mes visions hallucinées.

Tu m’as guidée vers l’Ouverture à un autre monde

Comme cet homme qui chassant vit un Cerf auréolé

De Lumière divine et se fit moine...

 

Catherine Andrieu "Paname" Technique mixte 2013

Paname