Chronique littéraire

Joseph Boyden Dans le grand cercle du monde ou L'art de bouder son plaisir par Hervé ROSTAGNAT

📅 04 février 2017
Comment l'hégémonie d'une civilisation ethnocentrique est capable de tuer un peuple d'autochtones ? Voilà la problématique du roman "Dans le grand cercle du monde" de Joseph Boyden. La question universelle et intemporelle est d'une puissante actualité, autant d'ailleurs que la question indienne, très à la mode. "Dans le grand cercle…
Chronique littéraire

Mathias Enard Boussole Prix Goncourt 2015 chronique par Hervé ROSTAGNAT

📅 30 janvier 2017
Si l’image de la mosaïque me vient avant celle de la boussole, c’est qu’avant d’être désorienté par cette érudition parfois ostentatoire, on perçoit dans ce livre la richesse de la culture orientale dans sa multiplicité disciplinaire (musique, peinture, poésie, littérature, sciences), culturelle (Turquie, Liban, Syrie, Libye, Iran) et ce à…
Chronique littéraire

Maurice Genevoix Rabiolot ou La tentation Libertariste par Hervé ROSTAGNAT

📅 30 janvier 2017
Raboliot est braconnier en pays de Sologne. Il est marié et il a trois enfants. Le braconnage est sa passion et la Sologne aussi. Raboliot est poursuivi par la maréchaussée et par le gendarme Bourrel, son ennemi intime. L’histoire se termine dans un combat singulier.Sa femme s’appelle Sandrine. Ses deux…
Chronique littéraire

Jean Giono Lettre aux paysans pour la pauvreté et pour la paix (1938) ou L'homme naturel par Hervé ROSTAGNAT

📅 29 janvier 2017
Il arrive un moment où, à cause de mon intimité avec la pensée de Jean Giono, je ne sais plus si je me reconnais parfaitement dans son œuvre en raison d’une communauté de pensée avec lui ou si cette communauté de pensée résulte de ma perméabilité à son œuvre. Autrement…
Chronique littéraire

HOUELLEBECQ Michel : Soumission ou « La part des anges » chronique par Hervé ROSTAGNAT

📅 10 janvier 2017
S’il est bien une question qui se pose, lorsqu’on lit « Soumission » de Houellebecq, outre celles, multiples, de savoir si l’auteur est islamophobe, provocateur, identitaire, nihiliste ou dépressif, c’est de savoir ce qu’il peut bien y avoir de romanesque dans cette production de 300 pages écrite, semble-t-il, au kilomètre,…